🏭#Thread Monsanto possède ses propres services secrets pour surveiller, intimider, discréditer et réprimer les ONG, les journalistes et les citoyens qui informent sur ses activités google.fr/amp/s/amp.theguard…

1:29 AM · Jan 8, 2021

18
352
21
346
Bayer-Monsanto a un service nommé «intelligence fusion center», calqué sur la cellule du FBI consacrée aux opérations axées sur le terrorisme. usrtk.org/fr/nos-enquêtes/m…
2
20
0
30
Ce « fusion center » soulève le problème de la surveillance des citoyens par le secteur privé. Les entreprises ont parfois des centres de renseignement qui surveillent les menaces criminelles légitimes, telles les cyberattaques,
1
11
0
24
mais «il est choquant de voir des entreprises enquêter sur des personnes qui ne font rien d’illégal déclare Dave Maass, chercheur à la Fondation Electronic Frontier. corporateeurope.org/en/food-…
1
18
0
29
Ces dernières années Monsanto a ciblé des centaines de personnalités qui travaillent à rendre un peu + transparentes les activités de cette multinationale voyou & qui sensibilisent sur les problèmes que posent son modèle agrochimique mortifère œuvrant à la privatisation du vivant
Replying to @DocteurGonzo4
#OGM : la fin annoncée du vivant
Show this thread
3
21
0
33
Dès 1999, Monsanto connaissait le potentiel mutagène et donc cancérogène du glyphosate mais continue à le vendre massivement partout dans le monde jusqu’à aujourd’hui tout en finançant une propagande laissant croire qu il n’y a pas d’alternative lemonde.fr/planete/article/2…
2
37
1
54
Le nom de code « projet épicéa », est régulièrement utilisé par Monsanto quand il s’agit de protéger l’image du glyphosate contre les critiques. Le géant américain a mis en place des « stratégies multicouches visant à contrôler le public sur la question des pesticides.
1
15
0
26
Gillam, auteur de «Whitewash: The Story of a Weed Killer, Cancer, and the Corruption of Science» (2017) a déclaré que les 50 pages de notes la concernant n'étaient qu'un exemple de la façon dont Monsanto manipule le public et cache ses pratiques et la dangerosité de ses produits
1
17
0
25
Monsanto avait un dossier « Carey Gillam » avec des dizaines d’actions prévues pour s'opposer à son livre avant sa publication tels le recours à des «experts SEO» (optimisation des moteurs de recherche) ou des «notes» à destination de clients qui publient des critiques négatives.
1
12
0
21
Dans un échange de mails internes, on apprend que le responsable des relations avec les médias de Monsanto écrit à propos de Gillam : « Nous continuons à faire fortement pression sur ses éditeurs à chaque fois que nous en avons l’occasion et nous espérons qu’elle sera virée. »
1
11
0
25
Des organisateurs de conférences (dont certaines en ligne) ont subi des pressions pour l’empêcher de participer. Monsanto a payé Google pour que l’algorithme du moteur de recherche privilegie les résultats negatifs et dévalorisant concernant le livre de Carey Gillam.
1
17
0
26
Il y eut également une avalanche de critiques négatives sur Amazon, généré par Monsanto, juste après la publication officielle de Whitewash. La plupart répète des éléments de langage presque identiques.
1
12
0
24
Des cadres de Monsanto ont par ailleurs rédigé un long rapport sur le plaidoyer anti-Monsanto du chanteur @Neilyoung, surveillant son impact sur les médias sociaux avec des graphiques sur son activité sur twiter et envisageant des «actions en justice». google.fr/amp/s/www.liberati…
1
15
0
25
Le dossier sur Neil Young comprenait des notes sur ses chansons pour les discréditer en préparant des faux dialogues sur les réseaux sociaux pour créer de vrais polémiques.
1
13
0
23
Monsanto a également surveillé une petite organisation à but non lucratif : US Right to Know (USRTK), qui produit des rapports hebdomadaires sur l'activité de Monsanto notamment.
1
9
0
21
Les dirigeants de Monsanto se sont inquiétés d’une enquête de USRTK sur leurs relations avec divers universitaires. USRTK a accumulé de nombreuses informations sur des collaborations tenues secrètes et des pratiques véreuses de la firme. usrtk.org/fr/nos-enquêtes/
2
12
0
28
Des docs internes révèlent que USRTK inquiétait Monsanto: "le plan de l'USRTK aura un impact sur l'ensemble de l'industrie" et a le "potentiel d'être extrêmement dommageable." Ils ont déployé 11 employés et 2 cabinets de relations publiques (@GMOAnswers) pour discréditer USRTK.
1
9
0
23
Bayer-Monsanto était préoccupé du fait que ces documents sur ses relations avec les chercheurs puissent avoir le «potentiel d'être extrêmement dommageable» et puissent «avoir un impact sur l'ensemble du secteur».
1
8
0
22
Michael Baum, avocat impliqué dans les procès, a déclaré, après avoir consulté les dossiers, qu’ils étaient une «preuve du mépris conscient pour les droits et la sécurité d'autrui» et qu'il soutiendrait les actions en justice des personnes qui ont eut des cancers liés au RoundUp
1
10
0
22
Il a ajouté : « Cela montre des abus de pouvoir permis par les profits faramineux qu’ils réalisent avec les ventes de pesticides» «Ils ont tellement d’argent... et ils feront tout pour le garder.»
1
11
0
24
Monsanto a donc surveillé et intimidé des citoyens et des scientifiques tout en s’efforçant de dissimuler les dangers du glyphosate, l’herbicide le plus utilisé au monde.
1
21
0
46
En 2018, deux jurys américains ont jugé que Monsanto était responsable du lymphome non hodgkinien (cancer du sang) des plaignants, et l’ont condamné à payer des amendes aux patients atteints de cancer. Bayer continue d'affirmer que le glyphosate est sûr.
1
16
0
42
Il n’y a aucun raison que le glyphosate soit toujours autorisé en France en Europe. Des alternatives beaucoup plus écologiques, beaucoup plus sûres, et tout aussi efficaces existes. Seule la corruption peut expliquer la complicité de l’Etat et de l’Anses avec Bayer-Monsanto.
Donneuse d’ordre d’une étude sur le glyphosate, l’@Anses_fr a exigé du Centre international de recherche sur le cancer qu’il collabore avec les industriels, ce que celui-ci a refusé. lemonde.fr/planete/article/2…
Show this thread
3
29
0
55